Semaine 10: Prioriser pas à pas.

Définir nos priorités est une façon très efficace pour diminuer la fatigue émotionnelle. Lorsqu’on est à bout ou sur le point de l’être, il est question d’écouter nos besoins de ressourcement, d’ordre, de repos, … Il est donc question de tenter de satisfaire ses besoins du mieux possible.

Lors de la semaine 2: “Notez tout pour s’alléger l’esprit” je vous proposais une étape importante permettant d’améliorer la gestion de votre temps pour trouver un repos mental, physique et émotionnel. Elle avait pour objectif de libérer votre esprit en notant vos pensées (tâche à effectuer, pensées créative ou parasite, rendez-vous et éléments à ne pas oublier ou à plannifier, …).

Pour pouvoir bénéficier longtemps des bienfaits de l’extériorisation de vos pensées, il est nécessaire que vous puissiez les trier et les organiser d’une manière efficace. Donc cette semaine je vous propose l’étape logique qui suit cette technique. Elle vous permettra de trouver une meilleure organisation à court, moyen et long terme.

Choix des priorités

Pour introduire la technique de cette semaine il n’y a pas, pour moi, de meilleur façon que de vous partager le texte suivant. J’en ai longuement cherché son origine mais cette parabole est d’auteur inconnu. Je vous laisse en prendre connaissance, ou la redécouvrir pour ceux et celles qui la connaissent déjà.

Le vieux professeur et les cailloux

(un conte de sagesse)


Un jour, un vieux professeur de l’École Nationale d’Administration Publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l’un des 5 ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour “faire passer sa matière “.


Debout devant ce groupe d’élite (qui était prêt à noter tout ce que l’expert allait lui enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : “Nous allons réaliser une expérience”.

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot de verre de plus de 4 litres qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot.

Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda : “Est-ce que ce pot est plein ?”. Tous répondirent : “Oui”. Il attendit quelques secondes et ajouta : “Vraiment ?”.

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux… jusqu’au fond du pot.

Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et réitéra sa question : “Est-ce que ce pot est plein ?”.
Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L’un d’eux répondît : “Probablement pas !”. “Bien !” répondît le vieux prof. Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table un sac de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.

Encore une fois, il redemanda : “Est-ce que ce pot est plein ?”. Cette fois, sans hésiter et en chœur, les brillants élèves répondirent : “Non !”. “Bien !” répondît le vieux prof. Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord.


Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : “Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? “

Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondît : “Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire. “


“Non” répondît le vieux prof. “Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : “Si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite”.

Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors : “Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Vous relaxer ? Prendre le temps… ? Ou… tout autre chose ?

Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir … sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.

Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même la question : “Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie ?” Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie)”.

D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et quitta lentement la salle.

Auteur inconnu.

fleur

La clef est donc de définir vos priorités

Ce sont vos priorités qui vous permettront d’assurer un ressourcement sur le long terme. Cette méthode est centrée sur vous. Elle s’adapte à chacun en fonction de sa nature. Elle est en prise directe avec vos souhaits, vos valeurs et vos objectifs de vie.

Et vous ? Quelles sont vos priorités dans la vie ? Comment les hiérarchisez-vous ?

Finalement, pour moi, il n’y a rien de plus à ajouter à cette parabole. Elle en dit déjà long sur la manière de s’assurer le moins de frustration possible en se centrant sur ce qui est vraiment important pour vous. Cette semaine je vous propose donc de réfléchir à vos “gros cailloux” et de les noter sur une nouvelle page.

Qu’est ce que je gagne à prioriser concrètement ?

Notre concentration est une grande consommatrice d’énergie. Elle nous demande de la discipline, de la rigueur, du contrôle et de la maîtrise. L’énergie ainsi dépensée pour ces différentes capacités vont alors s’opposer à nos besoins de repos, nos désirs, nos émotions, … Notre besoin d’ordre peut s’opposer à notre besoin de liberté et rendre pénible le recours à une planification quotidienne. Toutefois, la priorisation (choix des gros cailloux) étant basée sur vos valeurs et vos principes fondamentaux crée un raccourcis bénéfique entre choix et devoir.

grosse pierre

Le poids du choix

Avez vous remarqué ?

  • “Lorsque je fais quelque chose par choix, la tâche me paraît légère car elle a du sens à mes yeux. Je me sens pleinement investi.”
  • “Lorsque je fais quelque chose par devoir, sans lien avec mes priorités (loin de mes gros cailloux) la tâche me paraît lourde, inutile, ennuyeuse. Et dans ce cas j’ai tendance à procrastiner.”

Concrètement ça donne quoi ?

En fin de compte, l’astuce est d’avoir une vision très globale de vos priorités concernant différents domaines:

Famille, Travail, Loisir et Activité plaisir, Amitié, Connaissance/Culture, Corps/ Physique, Esprit/Spiritualité, Développement personnel, etc. …

Attention ! Si vous savez que vous avez tendance à toujours en faire plus et trop (entreprendre, vous dépasser, repousser vos limites, vous faire violence, …) il existe des priorités essentielles pour ne pas s’épuiser: rester à l’écoute de votre corps et de vos émotions ! Refaite un tour à l’article de la semaine 3 pour vous reconnecter avec vous même.

Ce qui peut vous mettre sur la voie de vos priorités :

  • Imaginez que vous avez atteint un âge record (120 ou 150 ans) et qu’un journaliste d’une grande revue scientifique vienne vous interviewer (si vous êtes peu sensible à cette idée imaginez que ce sont vos arrières petits enfants qui vous interviewent). Il vous demande les 10 choses dont vous êtes le plus fier d’avoir entreprises ou les 10 moments les plus importants que vous avez vécus durant votre longue et belle vie.

Faites confiance à vos 5 premières réponses pour vous éclairer sur vos priorités de vie.

  • Essayer de vous rappeler ce qui vous enthousiasmait lorsque vous étiez jeune enfant. Puis prenez le temps de vous rappeler, plus tard, vos rêves d’adolescents. Ou qu’imaginiez-vous accomplir lorsque vous aviez fini vos études  ?

rêve d'enfant

Que faire avec ces grosses pierres ?

Déterminer petit à petit les moyens de pouvoir y répondre en décomposant ses priorités en objectifs de vie:

  • A long terme = où je veux être, qu’est ce que je veux faire dans 5 ou 10 ans ?
  • puis à moyen terme = quelles sont les étapes pour y parvenir durant cette première année ?
  • et à court terme = sur quoi je dois me concentrer durant les 3 prochains mois ?
  • au présent, dans le quotidien = voici donc mes priorités de la semaine.

Quand vos priorités sont bien en vue

Une fois cette nouvelle étape effectuée vous pourrez reprendre vos notes de la semaine 2 et classer chacune de vos notes en fonction de vos gros cailloux.

Prioriser vous permet de trier facilement vos notes. C’est ainsi que vous pourrez planifier efficacement votre semaine et vos journées.

Il est préconisé par les spécialistes en gestion du temps de planifier votre semaine chaque dimanche soir afin d’entamer votre semaine suivante sereinement. De même, le planning de la journée revu en tout début de matinée, ou au mieux la veille, apporte un bon confort.

Nous pourrons approfondir cette question de planification lors d’un prochain article du défi.

On y va ensemble !

En effet cette étape peut faciliter nos prises de décision. Elle nous rend plus confiant pour que nous puissions nous projeter dans le temps avec légèreté et détermination.

Si je vous dis que cette méthode des priorités, ou des grosses pierres, permet d’augmenter votre confiance en vous, d’augmenter votre motivation et de vous faciliter la vie !… on essaye ensemble ?

J’attends impatiemment vos retours d’expérience et vous retrouve à la fin de cette semaine pour faire un premier point et vous apporter quelques compléments utiles.

Belle semaine à vous !

 

Bibliographie: Alix Lefief-Delcourt « Je dis non à le charge mentale ! »; Patrice Ras « Aujourd’hui j’arrête de tout remettre à demain ! »; Pr Antoine Pelissolo « vous êtes votre meilleur psy ! »; Catherine Vasey « Burn-Out le détecter et le prévenir ».
Partager cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Replies to “Semaine 10: Prioriser pas à pas.”

  1. Il est toujours bon de lire et relire cette histoire, afin de rafraîchir notre mémoire ! Même si je m’efforce d’appliquer ces préceptes de base en matière d’organisation, parfois le tourbillon de la vie m’emporte 😊😜 merci pour ce recentrage particulièrement utile pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.