Semaine 3 – Conscience de soi : le bilan

Voilà une semaine que vous essayez de mettre en pratique l’exercice de conscience de soi que je vous propose pour cheminer dans la lutte contre l’épuisement.

Une pause bénéfique pour l’esprit

L’objectif était de faire de petits arrêts sur image durant la journée et de mettre des mots sur vos ressentis du moment. Avec bienveillance et un accueil sans jugement, l’objectif est simplement d’apprendre à mieux nous connaître par l’observation de nos réactions émotionnelles du quotidien.

L’exercice n’est pas facile car nous sommes peu à avoir bénéficié d’éducation émotionnelle. Toutefois avec un peu de pratique au quotidien il est possible d’améliorer notre écoute de nous même et donc de savoir mieux répondre aux besoins qui sous-tendent ces émotions.

sentiments

Dans vos retours, vous partagez les bienfaits de prendre ce temps de pause dans la journée. En effet, même si l’identification précise de l’émotion n’a pas forcément abouti, c’est davantage le “pas de côté” que cela vous a permis de vivre durant quelques secondes ou minutes qui a été bénéfique.

Une pause bénéfique pour le corps

Comme je vous le partageais dans la courte vidéo lié à cet article, ce temps de pause n’appartient qu’à vous, personne ne peut vous l’enlever puisqu’il est vécu en vous. Il peut être accompagné d’une respiration spontanée ou vous donner l’opportunité de respirer en conscience. Cette respiration est l’occasion d’amener à votre corps des bienfaits par l’oxygénation de vos cellules mais également par un effet apaisant de nos émotions.

Dans cette étude de l’université de Californie par exemple: les scientifiques ont observé qu’un groupe d’adolescents a qui l’on avait donné des exercices de respiration quotidiens parvenaient à mieux contrôler leur impulsivité qu’un groupe qui n’avait pas reçu cette consigne, et cela ou bout de seulement 4 semaines d’expérience.

Les expériences de ce type conseillent notamment de pratiquer une respiration abdominale qui permet de mobiliser davantage notre corps (poumons et diaphragme). Un respiration profonde et en conscience. Il est prouvé que ce type de respiration a des effets sur le stress et le bien-être en général. Cette notion fera l’objet d’un autre article dans les semaines à venir.

émotion forte

Un coup de pouce pour y parvenir

Dans vos retours j’ai lu également qu’il n’était pas toujours évident de penser à faire cet exercice de conscience. C’est également un frein que j’ai rencontré et il m’a été plus facile de penser à faire l’exercice lorsque je ressentais une émotion forte (désagréable ou agréable).

J’ai eu plus de facilité à ressentir et à identifier le stress et c’est également le ressenti que vous avez le plus souvent partagé.

Pour parvenir à faire le point sur d’autres émotions et donc d’agrandir votre répertoire d’émotions, je peux vous proposer quelques petits astuces:

  • Prendre rendez-vous avec vous-même en notant ce rendez vous sur votre agenda
  • Mettre un rappel sur votre ordinateur ou votre téléphone
  • Ajouter une application sur votre smartphone ou votre montre connectée
  • Matérialiser votre rendez-vous par un post-it “exercice de conscience” ou “rendez-vous avec moi” ou “arrêt sur image” (texte à votre convenance) et accrochez le post-it dans une pièce ou un endroit où vous passez régulièrement (tableau de bord de la voiture, couloir, porte de salle de bain, toilette, écran d’ordinateur, porte de frigo, tableau à pense-bêtes, …).
  • Même possibilité mais avec une image qui vous fasse penser à l’exercice.

Comme le cerveau a tendance à occulter, au bout d’un certain temps, les éléments de votre environnement qui ne sont plus “nouveaux”, pensez à changer régulièrement de sonnerie et d’image (couleur du post-it, image de fond, changez l’endroit où vous les avez accrochés, …).

Petit à petit ces petits rituels deviendront plus naturels, surtout si vous le vivez comme un jeu ou comme un temps précieux de rencontre avec vous même. Cela peut devenir un moment de soin pour vous au même titre que de vous laver les dents ou de manger.

communiquer

Les bienfaits de cet exercice

Sur un plus long terme, augmenter notre conscience des émotions et parvenir à les verbaliser améliorent notre capacité à communiquer nos ressentis et nos besoins. Cette capacité à un impact sur notre confiance en nous, sur notre sécurité et donc sur notre fatigue.

Plus les termes que l’on emploi seront précis pour identifier l’émotion et plus nous clarifierons la situation. En effet, plus le nom du ressenti est clair dans notre esprit et plus le lien avec les besoins sera évident. Ainsi nous serons capable de faire le nécessaire pour subvenir à ces besoins et pour prendre soin de nous.

L’exercice nous rend également plus capable de communiquer cela à notre entourage lorsque cela sera nécessaire. C’est donc un exercice qui a un impact sur nous même et sur notre relation aux autres. La reconnaissance de nos sentiments est d’ailleurs la seconde composante de la Communication Non Violente. Cette dernière est une possibilité de communication assurant le respect de soi et de l’autre. C’est une approche bénéfique pour lutter contre l’épuisement émotionnel dont j’aurais l’occasion de vous reparler.

Dans une prochaine semaine de découverte, je vous proposerai de faciliter la mise en lien entre sentiment et besoin. Pouvoir identifier ce lien permet d’améliorer notre lien à l’autre car il limite les moments où l’on reproche à l’autre nos sentiments désagréables. Ignorer ce lien à tendance à culpabiliser l’autre et donc ne facilite pas les échanges bienveillants.

jeu

Un jeu pour augmenter son lexique des sentiments

J’utilise depuis plusieurs années un jeu de carte des sentiments qui me permet à la fois de mieux clarifier ce qui se passe en moi mais également, dans mon travail, durant les consultations et les ateliers de groupes, de proposer une meilleure connaissance et donc une meilleure compréhension des émotions.

J’avais commencé à me fabriquer un jeu tout simple, avec des images associées à des noms de sentiments. Ce petit jeu m’a bien servi, notamment lors des consultations avec les enfants. Et j’ai finalement complété ma boîte à outils en investissant dans un jeu existant qui répondait mieux à mes attentes.

Tout cela pour vous dire qu’il peut être intéressant de prolonger l’exercice au delà de cette semaine et de vous munir d’un outil de ce type pour rendre l’exercice plus ludique tout en continuant à vous familiariser avec vos sentiments. Plusieurs possibilités s’offrent à vous:

  • Vous munir d’une liste de sentiments détaillés (celles qui sont classées par groupe de sentiments sont plus pratiques à utiliser) et noter au fil des exercices vos sentiments associés à vos ressentis corporels dans un petit carnet.
  • Construire un jeu de carte des sentiments (seul ou avec vos enfants, ces petits êtres ont toujours beaucoup d’imagination pour ce type d’activité). Découpez des images correspondant aux sentiments ou aux émotions et écrire le mot correspondant derrière. Jouez ensuite à trouver le mot correspondant à l’image ou mimer l’émotion en fonction du nom choisi. Vous pouvez également vous servir de ce jeu comme d’un répertoire pour passer en revu les émotions. Cela vous aidera à mettre des mots sur ce que vous ressentez dans l’instant.
  • Vous procurer l’un des jeux des sentiments existant en fonction de vos besoins. Pour cela je vous proposerai une vidéo dans laquelle je vous montrerai les quelques outils en ma possession.
  • Utilisez votre imagination pour vous rendre l’exercice ludique et créez vous même l’outil qui vous permettra de vous familiariser avec vos sentiments.

Voilà donc de nouvelles pistes et idées, ainsi que tout mes encouragements pour que vous puissiez continuer l’expérience et vous donner l’opportunité d’aller vers plus de légèreté au quotidien.

N’hésitez pas à me laisser en commentaire vos questions, réactions, idées concernant ce bilan de la troisième semaine.

Abonnez vous dès maintenant pour ne rater aucun article.

Merci à vous et à très bientôt !!!

 

Partager cet article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Replies to “Semaine 3 – Conscience de soi : le bilan”

  1. Je pratique ces rdv avec moi-même dès que je le peux et je fais souvent en sorte de les “caser” dans mon emploi du temps. Ce n’est pas toujours évident mais très bénéfique lorsqu’on y parvient.
    Et le reste de la journée est bien plus agréable…
    Encore un article très intéressant à lire !

    1. Bonjour Emmanuel ! merci pour ce partage ! C’est une très bonne habitude que de prendre des temps pour soi. Finalement, si l’on y regarde de plus près cela devrait même être l’une de nos priorités en tant qu’être humain: comment pourrions nous être disponible pour les autres si nous ne nous accordons pas d’abord un temps d’attention pour nous même ? Bravo pour cette belle ressource ! Et merci pour votre encouragement !!! A très bientôt sur nos pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.