Bonnes résolutions : Interview d’Anne-Catherine Segonds Dufour

Vous vous demandez pourquoi il est si dur de tenir nos bonnes résolutions de l’année ? Après l’article « De bonnes résolutions sans fatigue« , j’ai interviewé Anne Catherine Segonds Dufour, auteure et psychothérapeute utilisant l’analyse transactionnelle afin de mieux comprendre les rouages de cette coutume.

Vous disposez ci-dessous de l’accès vers la vidéo et plus bas j’ai également pris le temps de retranscrire toute l’interview, rien que pour vous ! 🤗

Bonne découverte à vous !

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Alicia : Bonjour ! Bienvenue dans 36 solutions contre l’épuisement pour une nouvelle vidéo on retrouve Anne Catherine.

Anne-Catherine : Bonjour !

Alicia: Anne Catherine, qui est thérapeute et que vous avez déjà vue dans une vidéo précédente où nous avions parlé de la période des fêtes.

Anne Catherine: Voilà et bien justement, le 31 vient de passer on est en 2020 et donc je pense qu’il est important que l’on parle des résolutions … dont je crois que tu as un petit peu étudié la question ?

Alicia:

Alors oui, j’ai écrit récemment un article sur les résolutions où j’avais pensé:

  • d’un côté tout le bien-fondé que cela avait:

C’est culturel dans nos pays occidentaux, on utilise cette période de nouvelle année pour lancer des résolutions pour l’année qui vient et c’est vraiment quelque chose qui est motivant pour les personnes qui ont des idées de ce qu’ils peuvent mettre en place de différent par rapport à l’année dernière.

Donc souvent on fait un bilan d’année, et on essaie de voir qu’est-ce qui peut être amélioré.

Ce qui me venait spontanément c’était le côté vraiment bienveillant de cette habitude, de cette culture-là des résolutions,

  • Et d’un autre côté je me suis inquiétée … 😂 donc j’avais besoin de toi pour parler de ça.

Anne Catherine: Tu as raison de t’inquiéter 😂

Alicia: Je me suis inquiétée parce que je me suis dit, par rapport à 36 solutions contre l’épuisement, par rapport aux lecteurs qui sont parfois déjà en fatigue émotionnelle (voir en épuisement).

Est-ce que ce ne serait pas aussi une autre façon de s’ajouter de la charge mentale, de s’ajouter de la fatigue émotionnelle ?

Donc je voulais savoir ce que tu en pensais ?

Anne Catherine:

Alors, tout dépend de ce que va être votre bonne résolution.

Est-ce qu’il s’agit d’un projet très important ?

  • Très souvent ce que j’entends dans ma pratique c’est: arrêter de fumer, cette année je me mets au sport, je perds du poids, j’arrête le sucre, les bonbons, etc
  • Alors, on va me dire, c’est un projet très sain, parce que la cigarette c’est pas bon et de faire du sport c’est très bien ! Perdre du point cela peut être très agréable et puis pour certaines personnes c’est plutôt sain de perdre du poids …
  • Néanmoins je crois qu’on ne réfléchit pas assez, car il y a une notion qu’on utilise en analyse transactionnelle (qui est une théorie) et qui est celle de l’enfant intérieur:

Je pense que la plus part de nos bonnes résolutions ne fonctionnent pas parce que l’enfant intérieur n’a pas été interrogé sur le projet.

C’est-à-dire que la personne qui doit arrêter de prendre un petit goûter à 16h, vous savez le paquet de gâteaux au chocolat, qui fait tellement de bien quand on rentre du boulot et qu’on est stressé ?

Et bien là on va se demander, pour 2020, d’arrêter de faire ça !

Donc il faut se poser la question:

L’enfant intérieur qu’est-ce qu’il va en penser de sa privation de chocolat ?

Et souvent les bonnes résolutions ne marchent pas, parce qu’on oublie la notion de plaisir qui est, semble-t-il, en tout cas pour moi, très importante.

Donc si vous voulez que vos bonnes résolutions marchent il va falloir vendre à l’enfant intérieur quelque chose de sympa, quelque chose de marrant, …

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Pourquoi ce blog a failli ne pas exister ?

Et pas la prendre … alors il y a une autre notion qui est le parent intérieur, c’est celui qui est en charge des valeurs. Et qui peut être très jugeant, très critique, qui peut prendre des décisions.

  • Alors ce sont souvent des décisions qui peuvent être très adultes comme faire du sport car c’est bon pour la santé, par exemple.
  • Mais ce parent intérieur va imposer des choses qu’une partie de nous-mêmes ne va pas vraiment accepter et souvent, à cause de cela, on court à l’échec.

Et là il y a un principe de double peine, c’est-à-dire que nous allons nous en vouloir de ne pas y être arrivé, que ce n’est pas bien, etc., etc

Alicia :

OK, donc c’est intéressant ce point de vue là !

L’enfant et le parent qui est en nous peut être perçu, en tout cas pour les personnes qui ne connaissent pas bien, comme les petites voix que l’on peut avoir en tête.

Est-ce que c’est ça ?

Anne Catherine:

Alors oui, effectivement !

C’est tout à fait ça dont il est question. Ce sont toutes ces pensées qui peuvent émaner de différentes parties de nous et qui, en général, dans ce genre de situation (c’est-à-dire « j’arrête de fumer », « je me mets au sport » et « je perds du poids »), ces voix vont être en conflit et discordantes.

Alors nous on utilise le concept de l’enfant intérieur, du parent antérieur, mais en oubliant ça, c’est vraiment ces voies qui ne sont pas d’accord.

Alicia:

OK. Ça rejoint un petit peu ce que j’ai essayé de chercher dans l’article.

C’est un article assez court ou je dis que finalement c’est la manière de formuler qui est importante.

Ce que l’on formule, le fond (c’est-à-dire quelles sont les résolutions) il faut que ça colle avec le sens que l’on veut mettre à notre vie, nos priorités, et que ce ne soit pas quelque chose qui soit calquer de la société de consommation ou de quelque chose qui ne nous serait pas familier ou auquel on ne serait pas sensible.

Parce que là c’est une porte ouverte à la culpabilisation, aux ruminations, si ça ne fonctionne pas, etc…

Donc je vous laisse découvrir ça dans l’article.

Anne Catherine :

Et n’oubliez pas le plaisir ! Il ne faut pas oublier le plaisir dans ces résolutions-là.

Alicia : Merci beaucoup Anne Catherine !

Anne Catherine: Merci à toi !

Alicia : Et pour vous, bonne découverte de cet article. Bonne nouvelle année, meilleurs vœux à vous et si vous n’êtes pas encore abonné à la chaîne. N’hésitez pas à le faire 😉

On se retrouve très bientôt pour une nouvelle vidéo !

À bientôt !

Retrouvez ici mon article complet sur « De bonnes résolutions sans fatigue » 😉

Ressources: Retrouvez, sur la chaîne Youtube de 36 solutions contre l’épuisement, un échange sur le sujet des bonnes résolutions dans une vidéo avec Anne-Catherine Segonds Dufour, thérapeute. Catherine est auteure du « Petit manuel du bien-souffrir« .

Belle année à vous et à très bientôt !

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.